-15% sur presque tout 

avec DESIGN15

-15% on all LOUIS POULSEN collection (until October 15)
Code POULSEN15


Louis Poulsen
PH SEPTIMA
design Poul Henningsen, 1928

La suspension PH Septima est considéré comme l'un des luminaires les plus raffinés de Poul Henningsen. Exposée pour la première fois en tant que prototype au Musée danois des arts décoratifs (aujourd'hui Designmuseum Danmark) en 1928, cette pièce poétique a été applaudie publiquement.

Basée sur le système PH à trois abat-jours du PH 5/5, la couronne de verre a quatre teintes supplémentaires insérées entre les trois teintes de base – les sept produites en verre borosilicaté italien très délicat, mais aussi solide.

Les abat-jours en verre transparent sont traités pour apparaître avec des champs alternativement clairs et sablés et sont positionnés de sorte que les champs sablés couvrent les champs clairs en dessous, permettant aux abat-jours de dispenser la lumière de manière plus diffuse, sans pour autant éblouir, et orientée vers le bas. De plus, une coupole en verre ronde et soignée est placée en haut pour empêcher la poussière de tomber dans la lampe. 

En 1931, une PH Septima 4 plus petite a été lancé sur la base des rapports de tailles d’abat-jours de la lampe PH 4/4, alors que la PH Septima 5 d'origine est basé sur les rapports de tailles d’abat-jours de la PH 5/5.

Pendant le développement de la PH Septima, Henningsen a également conçu une version en métal, qui n'a jamais été produite. Les dessins ont cependant constitué la base du développement de l’Artichoke, conçu environ trois décennies plus tard pour le restaurant Langelinie Pavillonen à Copenhague.

Dans les années 40, cependant, la recherchée PH Septima cessa d’être produite comme de nombreuses autres lampes à l'époque, en raison de la pénurie de matières premières. En 2020, Louis Poulsen ramène à la vie cette couronne de verre sophistiquée à sept abat-jours de Poul Henningsen, basée sur la PH Septima 5 avec une suspension optimisée et un verre amélioré pour de meilleures durabilité et stabilité.

Finition Verre transparent avec champs sablés. Laiton poli satiné, non traité 

Abat-jour Verre clair avec champs sablés

Pieds acier, laiton métallisé

Boîtier de douille et auvent laiton poli satiné, non traité. Veuillez noter que le laiton non traité changera avec le temps et développera une patine.

Câble 3 mètres, textile blanc 2x0,75mm2 & fil. Auvent en laiton non traité 

Source de lumière 1x70W E27

Dimensions Ø500 x H405 mm

Poids 7 kg

Classe indice de protection IP20. Protection contre les chocs électriques I w. sol

PH SEPTIMA
8695 €

Poul Henningsen

Né à Copenhague, Poul Henningsen avait pour mère la célèbre actrice danoise Agnes Henningsen. Il n’a jamais obtenu son diplôme d’architecte, mais a étudié à l’école technique de Frederiksberg (Danemark) de 1911 à 1914, puis au Technical College de Copenhague (1914-1917).

Il a commencé à pratiquer l'architecture traditionnelle fonctionnaliste, mais au fil des ans, ses intérêts professionnels ont évolué pour se concentrer principalement sur l'éclairage, qui est ce qui le rend le plus célèbre. Il a également étendu son domaine d’activité à des domaines d’écriture, devenant journaliste et auteur. Pendant une courte période au début de la Seconde Guerre mondiale, il a été l’architecte en chef des jardins de Tivoli à Copenhague. Mais comme beaucoup d'autres créatifs, il a été contraint de fuir le Danemark pendant l'occupation allemande, puis est rapidement devenu un élément vital de la colonie danoise d'artistes vivant en Suède.

Sa longue collaboration avec Louis Poulsen a commencé en 1925 et a duré jusqu'à sa mort. À ce jour, Louis Poulsen bénéficie toujours de son génie. Poul Henningsen était également le premier rédacteur en chef du magazine d'entreprise «NYT». Le PDG de Louis Poulsen à l’époque, Sophus Kaastrup-Olsen, a offert le magazine à PH parce qu’il avait été licencié du journal danois pour lequel il travaillait (ses opinions étaient trop radicales).

Le travail de pionnier de Poul Henningsen sur les relations entre les structures lumineuses, les ombres, l’éblouissement et la reproduction des couleurs, comparé au besoin de lumière de l’homme, reste le fondement des théories lumineuses encore pratiquées par Louis Poulsen.