Scandinavia Design

Suspension PH3/2

Louis Poulsen – Poul Henningsen, 1926

Espace Client
Fr
Panier
En
Français

-15% avec DESIGN15

Louis Poulsen, Lampes Design Danoises
Suspension PH 3/2 Louis Poulsen – Poul Henningsen, 1926

La Suspension PH3/2 fait partie de la famille des lampes PH Ă  3 abat-jour, nĂ©e durant  l’hiver 1925-26 pour une exposition Ă  Copenhague. Pour la suspension PH3/2, le premier chiffre indique que le diamĂštre de l'abat-jour supĂ©rieur est de 29cm, et le second que le rapport de taille entre les 3 abat-jour est de 3/2/1. 

En 1926, Poul Henningsen dĂ©clara Ă  propos de ce nouveau systĂšme : « La vĂ©ritable innovation du luminaire PH est qu’il produit un Ă©clairage aussi bien sans Ă©blouissement qu’économique. Il est assez facile de crĂ©er un Ă©clairage sans Ă©blouissement (lumiĂšre indirecte ou avec un abat-jour Ă©pais) si une portion de la lumiĂšre peut ĂȘtre gaspillĂ©e. Il est Ă©galement simple de rĂ©aliser des luminaires trĂšs efficaces si vous ignorez le fait qu’ils irritent fortement les yeux. Mais la rĂ©alisation d’un Ă©clairage Ă  la fois Ă©conomique et sans Ă©blouissement est un art ».

Suspension PH 3/2 Louis Poulsen – Poul Henningsen, 1926
Suspension PH 3/2 Louis Poulsen – Poul Henningsen, 1926

Dimensions Ø29 x H24,2 cm

Matériaux Abat-jour : Verre opalisé blanc, soufflé. Support : Laiton chromé noir, laiton métallisé ou finition haute brillance.

Montage Longueur du cĂąble 3 m + cache-piton

Poids 1,4 kg

Source lumineuse 1 x E27

Classe Indice de protection IP20. Classe Ă©lectrique I.

Suspension PH 3/2 Louis Poulsen – Poul Henningsen, 1926
Suspension PH 3/2 Louis Poulsen – Poul Henningsen, 1926

PH3/2 – Chrome haute brillance

PH3/2 – Noir mĂ©tallisĂ©

Suspension PH 3/2 Louis Poulsen – Poul Henningsen, 1926

PH3/2 – Laiton mĂ©tallisĂ©

DĂšs 1925, Poul Henningsen eut l’idĂ©e d’utiliser une spirale logarithmique pour contrĂŽler l’éclat et la nuance de la lumiĂšre luminaire, chaque abat-jour diminuant de façon Ă©gale la quantitĂ© de lumiĂšre Ă©mise en fonction de la distance avec l’ampoule. Les transitions de luminositĂ© entre chaque abat-jour Ă©taient harmoniques, la taille relative des abat-jour et leur positionnement Ă©taient dĂ©terminĂ©s par le besoin de rĂ©duire l’éclat, la disposition de la lumiĂšre et les besoins en distribution lumineuse, en fonction de certains principes remarquablement simples. Le concept Ă©tait extrĂȘmement flexible : non seulement il Ă©tait possible d’obtenir diffĂ©rentes tailles, mais aussi de modeler la lumiĂšre avec des surfaces blanches, argentĂ©e ou dorĂ©e. Le designer Poul Henningsen imagina que dans un restaurant la lumiĂšre devait ĂȘtre chaude et intime et qu’il fallait utiliser une surface dorĂ©e, Ă  la diffĂ©rence d'un l’hĂŽpital ou il convient d’utiliser des surfaces blanches.

Les premiers luminaires furent tous rĂ©alisĂ©s avec des abat-jour en mĂ©tal, puis Poul Henningsen dĂ©veloppa une variante en verre opalin avec une partie infĂ©rieure sablĂ©e. Les abat-jour laissaient passer 12 % de la lumiĂšre et contribuaient Ă  l’éclairage d’ambiance de la piĂšce, tandis que l'essentiel de la lumiĂšre Ă©tait rĂ©flĂ©chie vers le bas. Pour les suspensions, les tailles des 3 abat-jour respectaient un rapport d’environ 3/2/1. Pour les lampes de table, les abat-jours infĂ©rieurs devaient ĂȘtre plus petit. C'est ainsi que sont nĂ©s la rapports PH2/1 et PH3/2.

Suspension PH 3/2 Louis Poulsen – Poul Henningsen, 1926

La Suspension PH3/2 fait partie de la famille des lampes PH Ă  3 abat-jour, nĂ©e durant  l’hiver 1925-26 pour une exposition Ă  Copenhague. Pour la suspension PH3/2, le premier chiffre indique que le diamĂštre de l'abat-jour supĂ©rieur est de 29cm, et le second que le rapport de taille entre les 3 abat-jour est de 3/2/1. 

En 1926, Poul Henningsen dĂ©clara Ă  propos de ce nouveau systĂšme : « La vĂ©ritable innovation du luminaire PH est qu’il produit un Ă©clairage aussi bien sans Ă©blouissement qu’économique. Il est assez facile de crĂ©er un Ă©clairage sans Ă©blouissement (lumiĂšre indirecte ou avec un abat-jour Ă©pais) si une portion de la lumiĂšre peut ĂȘtre gaspillĂ©e. Il est Ă©galement simple de rĂ©aliser des luminaires trĂšs efficaces si vous ignorez le fait qu’ils irritent fortement les yeux. Mais la rĂ©alisation d’un Ă©clairage Ă  la fois Ă©conomique

Suspension PH 3/2 Louis Poulsen – Poul Henningsen, 1926
Suspension PH 3/2 Louis Poulsen – Poul Henningsen, 1926

Poul Henningsen

Poul Henningsen

NĂ© Ă  Copenhague, Poul Henningsen avait pour mĂšre la cĂ©lĂšbre actrice danoise Agnes Henningsen. Il n’a jamais obtenu son diplĂŽme d’architecte, mais a Ă©tudiĂ© Ă  l’école technique de Frederiksberg (Danemark) de 1911 Ă  1914, puis au Technical College de Copenhague (1914-1917).

Il a commencĂ© Ă  pratiquer l'architecture traditionnelle fonctionnaliste, mais au fil des ans, ses intĂ©rĂȘts professionnels ont Ă©voluĂ© pour se concentrer principalement sur l'Ă©clairage, qui est ce qui le rend le plus cĂ©lĂšbre. Il a Ă©galement Ă©tendu son domaine d’activitĂ© Ă  des domaines d’écriture, devenant journaliste et auteur. Pendant une courte pĂ©riode au dĂ©but de la Seconde Guerre mondiale, il a Ă©tĂ© l’architecte en chef des jardins de Tivoli Ă  Copenhague. Mais comme beaucoup d'autres crĂ©atifs, il a Ă©tĂ© contraint de fuir le Danemark pendant l'occupation allemande, puis est rapidement devenu un Ă©lĂ©ment vital de la colonie danoise d'artistes vivant en SuĂšde.

Sa longue collaboration avec Louis Poulsen a commencĂ© en 1925 et a durĂ© jusqu'Ă  sa mort. À ce jour, Louis Poulsen bĂ©nĂ©ficie toujours de son gĂ©nie. Poul Henningsen Ă©tait Ă©galement le premier rĂ©dacteur en chef du magazine d'entreprise «NYT». Le PDG de Louis Poulsen Ă  l’époque, Sophus Kaastrup-Olsen, a offert le magazine Ă  PH parce qu’il avait Ă©tĂ© licenciĂ© du journal danois pour lequel il travaillait (ses opinions Ă©taient trop radicales).

Le travail de pionnier de Poul Henningsen sur les relations entre les structures lumineuses, les ombres, l’éblouissement et la reproduction des couleurs, comparĂ© au besoin de lumiĂšre de l’homme, reste le fondement des thĂ©ories lumineuses encore pratiquĂ©es par Louis Poulsen.