> Garantie Prix

-15% avec le code ARTEK15

Tabouret E60
(4 pieds)

design Alvar Aalto, 1933

Le tabouret E60 est la version à quatre pieds tu tabouret 60 à trois pieds. Dessiné par Alvar Aalto en 1933, fabriqué en bouleau finlandais, le Stool 60 est le classique du design le plus copié du monde. Pour célébrer cette icône, Artek l'a déclinée en de nombreuses versions.

Le Stool 60 peut être utilisé comme tabouret, bien sûr, mais aussi comme table d'appoint, table de nuit ou bout de canapé. Dans tous les cas, il apporte par sa présence une touche de simplicité, d'intelligence et de gaité. 

Dimensions H44 x Ø38 cm

Matériaux pieds et corps de l’assise en bouleau massif, surface de l’assise en placage de bouleau 

assise non rembourrée

Stool E60
bouleau vernis naturel
270 €

Stool E60
bouleau + HPL blanc
285 €

Stool E60
bouleau + linoléum noir
285 €

Stool E60
bouleau + assise noire
287 €

Stool E60
bouleau + assise blanche
287 €

Stool E60
bouleau + assise orange
287 €

Stool E60
bouleau + assise jaune
287 €

Stool E60
bouleau + assise verte
287 €

Stool E60
bouleau + assise pétrole
287 €

Stool E60
bouleau + assise bleue
287 €

Stool E60
bouleau + assise rouge
287 €

Stool E60
bouleau + assise grise
287 €

Stool E60
blanc
307 €

Stool E60
noir
307 €

Stool E60
bouleau teinté miel
307 €

Stool E60
bouleau teinté noyer
307 €

lot patins feutre
17 €

assise rembourrée

Stool E60 assise rembourrée
pieds bouleau vernis naturel
à partir de 325 €

Stool E60 assise rembourrée
pieds teintés ou peints
à partir de 345 €

échantillons gratuits (contre caution)
95 €

lot patins feutre
17 €

> Tissus et Cuirs

exemples

Pieds bouleau vernis naturel
+ cuir Sörensen Prestige beige
(groupe de prix A)

Pieds peints en noir
+ tissu Zebra
(groupe de prix 6)

Le tissu ou le cuir peuvent être tapissés directement sur l’assise, sans rembourrage
(prix identique, nous demander).

Alvar Aalto

Alvar Aalto (1898-1976) est un architecte, dessinateur, urbaniste et designer finlandais, adepte du fonctionnalisme et de l'architecture organique. Nombre de ses bâtiments s'intègrent de façon harmonieuse dans le paysage, avec lequel ils forment un tout architectural.

 Dès son plus jeune âge, ce fils de géomètre arpenteur manifeste de l’intérêt et des disposition pour les arts décoratifs. Il créa des objets usuels comme le célèbre vase Aalto et des meubles en bois laminés et courbés.

Néanmoins, c’est d’abord en qualité d’architecte qu’Aalto va s'imposer sur la scène internationale. En 1929, il dessine l’immeuble du journal Turun Sanomat à Turku (son premier bâtiment fonctionnaliste), et deux ans plus tard participe à la conception de l’exposition du 700e anniversaire de Turku, qui sera son premier projet complet de style moderne présenté au public scandinave.

Ces débuts remarqués seront suivis par de nombreuses réalisations architecturales largement saluées, la bibliothèque de Viipuri (maintenant Vyborg en Russie) (1927-1935), le sanatorium de Paimio (1929-1933) et le pavillon de la Finlande pour l’Exposition universelle de Paris en 1937 et de New York en 1939.

À l’inverse de ses contemporains modernistes d’Allemagne et d’Italie, qui prônent l’utilisation de matériaux industriels comme l’acier et le verre, Aalto va faire du contreplaqué son matériau de prédilection. À partir de 1929, il se met à étudier les techniques de placage et explore les limites du contreplaqué moulé avec Otto Korhonen, directeur technique d’une fabrique de meubles de la région de Turku.

 Ces expériences vont conduire à ses fauteuils les plus innovants sur le plan technique, tel le Paimio 41 (1931-1932). Ce design à la fois fonctionnel et séduisant va immédiatement signaler à l’avant-garde internationale la nouvelle voie ouverte par l’usage de contreplaqué ainsi que l’émergence d’un vocabulaire de formes plus douces et chaleureuses.

En 1935, le couple Aalto fonde la société Artek. Sa technique de cintrage du bois va permettre, pour la première fois, d’ancrer les pieds directement sous l’assise sans faire appel à un quelconque châssis ou à une structure supplémentaire. Cette technique originale va donner naissance aux séries de sièges à piètements en L (L-leg, 1932-1933), en Y (Y-leg, 1946-1947) et en éventail (fan-leg, 1954).

Aalto collabore aussi en indépendant avec les verres Riihimäki (1933) et Iittala (1936). Tout comme son mobilier et son architecture, ses créations en verre se caractérisent par leurs formes organiques. Le vase Savoy de 1936 est devenu un classique. Sa forme sinueuse pourrait être aussi une allusion à son nom, qui signifie «vague» en finnois. Quoi qu’il en soit, les lignes rythmiques et asymétriques du Savoy expriment la quintessence de la nature et annoncent les formes fluides qui seront la marque du design scandinave d’après-guerre.

Adepte convaincu de la vocation humanisante du design, Aalto refusait non seulement les formes géométriques rigides mais aussi les tubes métalliques et autres matériaux artificiels, qu’il jugeait trop éloigné de la nature. Son travail fut particulièrement bien accueilli en Grande-Bretagne et aux États-Unis dès les années 1930 et 1940. Ses idées de « père fondateur du design organique » ont beaucoup influencé des designers d’après-guerre comme Charles Eames et Ray Eames.

En 1952, Aalto épouse l’architecte Elissa Mäkiniemi, avec qui il collabore jusqu'à sa mort. Le Musée d’art moderne de New York lui a consacré trois grandes expositions (en 1938, 1984 et 1997). Inspirée par la relation entre l’homme et la nature, la démarche globale et humaniste d’Aalto est le terreau philosophique sur lequel le design scandinave s’est développé et épanoui.

Plus constructeur que théoricien, il a pris des partis fonctionnels et utilisé des éléments standardisés, mais il a surtout fait preuve d'une extrême liberté formelle : évitant le recours systématique aux orthogonales, il a souvent préféré les lignes courbes ou obliques en rapport avec un plan libre et asymétrique, engendrant un espace continu aux subtiles articulations. Enfin, il s'est surtout préoccupé d'harmoniser ses constructions avec le site environnant et de les adapter à la spécificité du programme. Sa démarche s'apparente à bien des égards à celle de Frank Lloyd Wright.