Fauteuil Lounge PK22

Poul Kjærholm, 1956

L'élégante discretion du Fauteuil Lounge PK22 résume et couronne le travail de Poul Kjærholm, guidé par la recherche constante de la forme idéale dans un contexte de production industrielle. Le profil et la structure en métal trouvent leur origine dans son projet de fin d'étude à l'école des arts appliqués de Copenhague, la chaise “Element” (PK25). 

Dans la PK22, la structure a été divisée en deux éléments pour adapter sa fabrication aux outils de production disponibles. La chauffeuse PK22 a connu un succès critique et commercial immédiat. En 1957, le fauteuil a gagné le Grand Prix de la triennale de Milan, prix le plus prestigieux dans le monde du design. Cette distinction accéléra considérablement la carrière de Kjærholm, qui devint un nom reconnu sur la scène internationale. Son prestige ne s'est pas démenti depuis. 

Le fauteuil PK22 est disponible en versions cannée en osier, ou entièrement garni en toile, cuir ou daim. Le piétement est en acier inoxydable brossé satiné. 

Dimensions L63 x P63 x H71 cm – Hauteur d'assise 35 cm

PK22
à partir de 3675 € 

Exemples :

toile Canvas noire
(catégorie de prix 1)

toile Canvas naturel
(catégorie de prix 1)

osier
(catégorie de prix 1)

Cuir Aura noir
(catégorie de prix 4)

Cuir Rustik
(catégorie de prix 5)

Cuir Embrace Chocolat
(catégorie de prix 5)

Cuir Grace noisette
(catégorie de prix 5)

Poul Kjærholm

Acclamé pour son style distinctif de conception de meubles, Poul Kjaerholm est né à Øster Vrå, au Danemark en 1929. Ses pièces sont considérées comme contenant une forme minimaliste et articulée, tout en relief avec un style toujours aussi célèbre dans le monde entier.

 

Avec des débuts modestes comme apprenti ébéniste à l’atelier Gronbech en 1948, Kjaerholm a continué à forger son idéologie à l’École danoise des Arts et Métiers à Copenhague. Loin de se dérober de la majorité de ses homologues scandinaves, le Danois a choisi l’acier comme matériel principal plutôt que le bois. « Le potentiel de l’acier n’est pas uniquement la seule chose qui m’intéresse, la réfraction de la lumière sur sa surface est une partie importante de mon travail artistique. »

 

Récompensé par le prestigieux Prix Lunning en 1958 et le Grand Prix du Trennali à Milan en 1960, les dessins de Kjaerholm continuent d’être présents dans les collections permanentes du Musée d’Art Moderne de New York, le Victoria and Albert Museum à Londres et dans de nombreux autres musées à travers le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Allemagne.