Scandinavia Design

Fauteuil Safari

Carl Hansen – Kaare Klint, 1933

Fr
Espace Client
En
Panier
Espace Client

-15% avec DESIGN15

Carl Hansen & Søn, Design Danois
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933

Le fauteuil Safari de Kaare Klint est un raffinement de chaises rapportées lors d'un safari africain par un directeur de la photographie américain et sa femme, que Klint avait remarqué sur les photos du couple. Le fauteuil Safari est une réinterprétation moderne danoise des chaises indiennes Roorkhee utilisées par l'armée britannique - peut-être les premiers exemples de meubles auto-assemblés.
L'original comportait des joints sans colle, un assemblage sans outil et une construction intelligente qui resserrait les joints lorsque la chaise était occupée, améliorant ainsi la résistance et la stabilité. Klint s'est concentré sur la simplification, la clarification et le raffinement de la composition du fauteuil lounge, exposant sa conception finale du fauteuil Safari en 1933 à l'exposition de la guilde des ébénistes de Copenhague.

Bien que comparable aux chaises Roorkhee, le très sophistiqué et léger fauteuil de Klint se définit par son approche caractéristique, son savoir-faire raffiné, ses proportions bien conçues et ses effets de matière remarquables.
Le repose-pieds Safari a par la suite été imaginé en 1966 par Esben Klint, le fils de Kaare Klint, peu après la mort de son père. Il s’assemble facilement sans outils, allant dans le sens du fauteuil Safari qui était l’un des premiers meubles à monter soi-même. Polyvalent, le repose-pieds Safari permet d’offrir du confort au fauteuil ou de servir d’assise d’appoint.

Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933

Dimensions fauteuil 57 x 57 x H80 cm – hauteur d'assise 34 cm, hauteur des accoudoirs 56 cm

Dimensions repose-pieds 57 x 57 x H34 cm
Structure frêne massif huilé blanchi
Assise et dossier toile 100% lin ou cuir Thor (noir, cognac, beige ou bordeaux)
Accoudoirs cuir de sellerie naturel

Fauteuil Safari
à partir de

Repose-pieds Safari
à partir de

Coussin Safari
à partir de

Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933

toile de lin

Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933

cuir Thor noir 301

cuir Thor bordeaux 332

Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933

toile de lin

Échantillons gratuits (contre caution)

Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933

cuir noir
(Thor 301)

cuir cognac
(Thor 307)

cuir beige
(Thor 325)

cuir bordeaux
(Thor 332)

Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933
Fauteuil Safari   Carl Hansen & Søn  Kaare Klint, 1933

Kaare Klint

Kaare Klint

Reconnu comme le père du design danois moderne, Kaare Klint (1888-1954) a conçu des icônes telles que la chaise Faaborg de 1914 et la chaise Safari de 1933, ainsi que le design de la salle de réception du pavillon danois à l'Exposition internationale de Barcelone de 1929.

En tant que fils de l'architecte Peder Vilhelm Jensen-Klint, Kaare Klint a été immergé dans l'architecture dès son plus jeune âge, mais a marqué l'histoire du design danois en tant que designer de meubles et éducateur. En 1924, il participe à la création du département de design de meubles à l'Académie royale danoise des beaux-arts. En tant qu’associé puis professeur, il inspire certains des plus grands designers et architectes de meubles danois - dont Hans J. Wegner, Mogens Koch, Arne Jacobsen et Poul Kjærholm. Aujourd'hui, Klint est considéré comme un réformateur : en tant que l'un des premiers designers à placer le fonctionnalisme et l'étude pratique des principes de conception de l'architecture et du mobilier au-dessus du style, il a redéfini une période autrement caractérisée par un enseignement académique axé sur le style.

Klint avait un sens exceptionnel des proportions et de l'espace et créa des «meubles humains» basés sur des études du corps. Il étudie les usages d'un objet plutôt que sa forme et renouvèle le design du mobilier danois en affinant la tradition et en développant des objets parfaitement en relation avec leur objectif premier. Klint était également conscient de la relation des conceptions avec son environnement, insistant sur le fait que ses pièces ne dominent jamais un espace, mais unissent la forme et la fonction pour un plus grand tout.

Dans tout son travail, il a insisté sur un design clair et logique, des lignes épurées, les meilleurs matériaux et un savoir-faire exceptionnel. Klint a reçu de nombreuses distinctions, dont la médaille Eckersberg en 1928 et la C.F. Médaille Hansen en 1954. En 1949, il devient Honorary Royal Designer for Industry à Londres.

Esben Klint

En 1934, à l'âge de 19 ans, Esben Klint termine son apprentissage d'ébéniste, obtenant une médaille de bronze. Dès l'année suivante, il est diplômé de l'école de maîtrise en construction de Copenhague. Esben Klint passe ensuite un an à l'Académie royale danoise des beaux-arts, après quoi il commence à travailler dans divers studios de design à Copenhague et à l'étranger. Il travaille également pour son père, Kaare Klint, à l'église de Bethléem à Copenhague, pour Mogens Koch sur des meubles pour l'hôpital de Skive, pour l'architecte suédois E.G. Asplund sur le mobilier d'une école à Karlshamn en Suède, sur le design industriel pour l'usine de radio Philips à Eindhoven, aux Pays-Bas - et avec son ami proche Børge Mogensen sur la conception de mobilier scolaire en bois. En 1948, il rejoint l'Association danoise des architectes, devenant membre du conseil d'administration en 1950.

La principale source d'inspiration d'Esben Klint est venue de ses voyages à travers le Danemark et à l'étranger, dont le but a toujours été de rechercher et d'expérimenter l'architecture. Il voyage aux Pays-Bas, en Norvège, en Suède, en Finlande, en Allemagne, en Belgique, en France, en Suisse, en Pologne et dans ce qui était alors l'URSS. Au Danemark, Esben Klint aimait voyager sur la côte ouest du Jutland et le Jutland du Sud, où il avait également passé beaucoup de temps dans son enfance.

Esben Klint ouvre son propre studio de design en 1954 et, après la mort de son père, reprit plusieurs des œuvres inachevées de ce dernier, notamment l'église Saint-Nicolas et les églises chrétiennes dans les villes danoises d'Aabenraa et de Sønderborg respectivement. Esben Klint considérait son travail sur l'achèvement de l'église de Grundtvig à Copenhague comme l'une de ses plus grandes réalisations - un travail que son grand-père PV Jensen-Klint avait commencé en 1921, poursuivi par son père Kaare Klint et achevé par Esben Klint, la troisième génération de la famille. À ce jour, l'église de Grundtvig reste l'un des bâtiments les plus frappants et les plus spectaculaires de Copenhague.

En plus de son studio de design, Esben Klint a également travaillé à plein temps avec l'inspecteur royal des bâtiments Nils Koppel, où il était responsable de la supervision et de la restauration des églises et des châteaux d'État.

Travailleur, méticuleux et perfectionniste, Esben Klint aborde ses projets avec un haut degré de sérieux et d'attention aux détails. Malgré ses collaborations avec certains des plus grands architectes et designers de l'époque, Esben Klint était et reste le disciple de son père - un fait clairement démontré par ses mobiliers d'église, ses lampes et ses meubles. Il a exposé plusieurs fois à l'exposition du printemps de Charlottenborg, à l'exposition de la Guilde des ébénistes de Copenhague et à Købestævnet dans la ville danoise de Fredericia avec son ami Børge Mogensen. Esben Klint meurt de maladie en 1969 – à seulement 53 ans.